Poussière, vent & taons

San Carlos de Bariloche, Argentine le 05/02/2013

 

Histoire de nuancer mon voyage... C'est bien joli toutes ces photos de paysages de lacs, de montagnes, d'animaux, de plages...

Mais la réalité, le quotidien, c'est aussi autre chose. A longueur de journée dans la poussière (sur les sentiers, le long des routes, dans les campings), j'ai parfois qu'une envie, c'est de m'immerger dans un lac pour oublier tout ça.

Les hébergements étant définitivement trop chers et dépassant mon budget à cause du cout des transports notamment, je campe depuis un mois dans un tente légère, pas chère, facile à monter mais... non étanche. Heureusement que le soleil est là. 

Le vent de Patagonie est aussi à la hauteut de sa réputation. Bien que je sois plutot épargné depuis que j'ai quitté le sud sud. Bien que le vent a tendance a accentuer l'effet de la poussière, j'ai tendance à l'apprécier car il permet de chasser la nuance numéro 1 suivante...

Les taons. Quel bordel que ces taons. C'est pas compliqué me battre avec eux me coute plus d'énergie que le dénivelé d'une grosse rando. Ils tournoient (souvent 1 par 1, heureusement) autour de la tete de leur proie pendant plusieurs minutes, cherchant un endroit où se poser, avec leur bourdonnement à faire péter un cable. Le taon a une affinité particulière avec les cheveux, les oreilles, les lèvres, les narines... Bref, une horreur.

Pour le reste tout va bien. Super condition physique après un peu plus de 2 mois à vadrouiller ! 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Argentine